Comment combler l’absence d’un père ?

Si le père est absent ou défaillant, trouver le moyen de relativiser permet de… préserver sa santé mentale !

Et relativiser c’est se dire une chose simple :  ce père est avant tout un homme qui s’est perdu, trompé, bref, qui s’est menti à lui-même. Et finalement, un homme pour lequel on peut ressentir de la peine. Sacré raccourci, j’avoue, mais développons !

Qui est ce père absent au fond ?

Si l’on y regarde de plus près …

Un père qui ne peut assumer ce sur quoi il s’était éventuellement engagé ou pense à son bien être avant celui de ses enfants affiche donc sa vérité. Elle lui appartient. Nous n’y pouvons plus rien, sinon nous serions encore ensemble. 

Par ailleurs, plus on aura évité les remarques désobligeantes le concernant devant nos enfants, plus ils se feront une opinion personnelle objective en grandissant. D’où la condition qu’à leurs questions, nous répondions sans ressentiment. 

En effet, une maman énervée par le comportement ou l’absence du père influencera plus ou moins ses enfants. Est-ce une façon, consciente ou pas, de ne plus être la seule à assumer cela ?

Restons Zen en parlant de lui !

Sans doute faut-il exprimer les choses sans ironie après avoir réfléchi un minimum à toutes les conséquences. Un exemple ?

“oui en effet papa devait t’emmener au cinéma cet après-midi et je ne connais pas les raisons de son oubli. Tu pourras lui demander si tu veux, c’est dommage mais ne t’inquiète pas, on va faire autre chose”. 

Autrement dit, je laisse ce père se débrouiller et n’interviens que pour rassurer. On est bien plus juste avec l’enfant qu’en lui assénant une phrase du type :

“Une fois de plus ton père te lâche car il a sans doute mieux à faire avec sa nouvelle compagne”. D’où le risque de lui laisser penser qu’il est moins important à ses yeux que cette femme. Pas bon du tout !

L’exemple peut sembler caricatural et pourtant …

Nos enfants comprendront !

Nos enfants sont nés parce que nous nous aimions. Accepter de les avoir faits avec une personne qui ne correspond plus à notre façon de voir les choses est difficile, mais pas impossible.

Car l’objectivité c’est la liberté ! à l’adolescence et plus tard, dans leur vie de jeune adulte, ils comprendront mieux ce qu’il s’est passé et auront plus de facilité à analyser : 

“ok, mon père a déconné, un peu, beaucoup, trop, sans doutes parce que sa propre histoire l’a amené à se comporter comme ça. En tous cas ma mère n’a jamais débordé à son sujet et c’est important car elle m’a évité une blessure supplémentaire”.

C’est pourquoi il ne faut pas s’y tromper : “charger” le père trop souvent provoque un retour de bâton un jour ou l’autre. C’est à moi que mon “grand” reprochera d’avoir toujours jugé son père et peut-être m’en voudra t-il pour ça.

Que faire de plus face à un père absent ?

peut-être se concentrer pour en trouver un de substitution ! refaire sa vie avec un homme équilibré et donner cette chance aux enfants de vivre la situation le plus sereinement possible… facile à dire, mais au fond, chacune sait non ?