Il s’agit d’une forme différente de celle des adultes, certains enfants vivant sous pression quant à ce qu’on leur demande de faire et … de réussir ! 

Ecole, devoirs, activités extra-scolaires : même s’il en choisit une partie lui-même, nous, parents, orientons souvent l’enfant dans ses choix et le nombre de choses à faire. Et même si nous ne lui ordonnons pas de réussir, celui-ci peut se sentir obligé et se mettre la pression tout seul.

L’épuisement nerveux est réel pour un nombre croissant d’enfants et adolescents. Les psychologues le mesurent depuis quelques années.

Des exemples à l’école et en famille ?

On exige de moi que je fasse “comme ça ou comme ça” mais je remarque que ce n’est pas toujours valable pour les adultes eux-mêmes ! 

J’ai des bonnes notes et pourtant mes parents ou mes profs insistent sur le fait que je n’exprime pas assez mon potentiel et que je peux faire mieux …

Mes parents pensent que trois activités par semaine sont bonnes pour mon épanouissement sauf que je suis souvent fatigué et n’arrive plus à me concentrer.

Comment ne pas se créer des exigences, des nœuds dans la tête entraînant déprime, dépression ou régression ?

Les limites dont on doit avoir conscience …

✋🏼 L’hyper-parentalité : tendance qu’ont des parents très exigeants vis-à-vis d’eux-mêmes, et qui ont décidé de mettre au monde non pas un enfant, mais un enfant heureux et destiné à le demeurer jusqu’à la fin de leur vie. Quand le parent se met la pression, l’enfant le sent. 

✋🏼 Certains parents sont dans l’idéalisation, la projection voire le fantasme de ce qu’il “faut être et faire dans la vie pour réussir”. 
=> Résultat : certains enfants ont des agendas de ministre : jusqu’à 60 heures d’activité par semaine alors que l’OMS préconise 48h pour un adulte, toutes activités confondues … 

 

Symptomes et comportements à adopter

Les symptômes de l’enfant sous pression sont multiples et différents, mais de manière générale, un enfant qui ne dort pas bien ou qui s’endort partout, qui est apathique ou au contraire enthousiaste et énergique en excès doit alerter … car il ne saura pas clairement exprimer son mal-être et dire “maman, papa, je ne vais pas bien”.

👌🏼 Échanger pour comprendre les besoins réels de l’enfant, qui peuvent être différents d’un frère/soeur à l’autre,

👌🏼 passer du temps avec lui, même grand, en dehors du “faire” les courses, le repas, le tri dans la chambre etc, 

👌🏼 lui donner l’exemple qu’après une activité, on peut prendre le temps de se reposer au lieu d’enchainer sur autre chose 

Tout cela participe à son bien-être, et tant pis pour les 🥇🥈🥉tant espérées !

sources : podcast la tête au carré France Inter 2017 et pourquoidocteur.fr – Charge mentale des enfants : ces signes qui doivent alerter les parents