Maman solo tu ne connais pas ta puissance !

Évidemment, si je ne suis pas prête à aller dans ce sens, pour x raisons, il est inutile de lire cet article maintenant. 

En revanche, si j’ai la volonté de sortir de cette ornière sans savoir vraiment comment m’y prendre, il y a quelque chose à saisir ici, de l’ordre du grand pouvoir personnel !

Des degrés différents de conflit

Avant de laisser entendre que l’on peut agir d’un coup de baguette magique, j’apporte ici une précision essentielle :  il faut distinguer petits conflits et conflits majeurs…

Dans le premier cas (grains de sable dans les rouages) souvent lié à des comportements ressentis comme agaçants de part et d’autre, il n’y a pas de réelles conséquences. 

En revanche dans le deuxième cas, c’est l’équilibre psychologique des enfants et le nôtre qui est en danger. Il y a nécessité de se faire aider par un professionnel, et ce n’est pas l’objet de cet article.

Nettoyer et entretenir les rouages …

Je parle ici uniquement de conflits type “rouages grinçants”… des “j’en ai marre que l’argent soit toujours un problème entre nous” ou des “j’en peux plus, quoi que je fasse, il me reprochera toujours quelque chose par rapport à nos enfants”.

Vous savez, la série des “trop ou pas assez” : suivi des devoirs, temps passé sur les écrans, participation aux tâches de la maison, fréquentations (les miennes aussi en passant), les appels pour donner des nouvelles, la liste est loooooongue !

Déstabiliser positivement l’autre, oui mais encore ?!

l’objectif n’est pas de changer l’autre mais de le déstabiliser positivement ! en gros, Il s’agit de procéder à quelques ajustements pour graisser les rouages. Pour ça, je dois… lâcher prise… Ah ! le voilà, ce mot qu’on entend à tout bout de champ ! j’en peux plus aussi de lui !

Vous êtes en train de vous dire “ok, ça m’agace déjà, mon ex est bien trop égoïste, têtu, braqué, elle ne le connaît pas” !

Et je vous comprends (je suis passée par là) : ça ne changera jamais, c’est comme ça, n’est-ce pas ? 

Bon, j’en ai perdu combien là ? revenez, ça vaut le coup d’essayer non ?

C’est vrai, une petite remise en questions s’impose et c’est là que commence le lâcher p…. oups, pardon !

“Facile à dire ! je suis cool moi, c’est lui qui crée les disputes ou refuse de communiquer”… enfin… parfois… je suis…  bon ok,  j’avoue : 

je ne vois que ses défauts, je lui envoie des pics, je “serre”, comme dirait mon fils, quand il est systématiquement en retard pour venir les chercher, pour payer la pension, quand il ignore mes sms ou réagit 3 jours après. Je m’énerve souvent sur lui, je lui raccroche au nez parfois, je n’ai pas des paroles très gentilles concernant sa mère… ok, ok, ok !

Mais maintenant que je suis objective, voyons si le fait de lui parler chaque fois plus gentiment l’amène à relativiser ? s’agit-il de mieux se positionner ? oui, c’est exactement ça ! autrement dit, montrer l’exemple.

NB : aux plus pressées d’essayer, patience et longueur de temps.

A celles qui ne sont pas d’accord parce qu’elles estiment ne rien avoir à se reprocher, dites vous qu’il n’y a jamais de fumée sans feu et que même si lui envoie l’allumette à la moindre occasion, la matière inflammable était déjà bien en place…